Lors de la grossesse, la maman voit son corps se modifier, le bébé prend de plus en plus de place dans le ventre. Il pousse, il bouge, il vit… dés les premières semaines de la grossesse. Le corps de la maman va s’adapter à la présence du bébé et au fait qu’il grandisse. Le ventre grossit, la maman prend du poids et en compensation le bas du dos (les vertèbres lombaires) se creuse. Ce n’est pas l’accentuation du creusement du dos qui pose problème mais les contraintes en pression, en tiraillement que celui ci supporte. Les muscles, les ligaments, les fascias (tissus de lien entre différents éléments du corps), les disques intervertébraux vont être étirés, comprimés, « malmenés » par le bébé qui prend de plus en plus de place.

Il en est de même pour le système viscéral qui vient être sous pression. Parfois, le sur appui du bébé sur les organes (estomac, vessie, intestins, colon…) viendra perturber la mécanique digestive, intestinale, urinaire, vasculaire (compression du système veineux) de la maman.



                                                       

L’ostéopathe, dans la prise en charge de la femme enceinte, cherchera à améliorer le confort de vie de la maman. Son terrain d’action est assez large. Il interviendra lorsque celle-ci se plaint des troubles suivants :

-Douleurs de dos
-Sciatiques et sciatalgies
-Douleur dans les fesses
-Douleur musculaires, crampes
-Sensation de jambes lourdes
-Gonflement des jambes et des mains
-Maux de tête
-Reflux Gastro Oesophagien (RGO), remontées acides
-Ballonnements et maux d’estomac
-Sensation de gêne respiratoire
-Hémorroïdes

En fin de grossesse, l’ostéopathe pourra favoriser de la détente du périnée en vu de l’accouchement

Quand consulter l'ostéopathe ? Par Alban Roy

                                         

Avant la grossesse :

En général, il est bon de consulter un ostéopathe avant même d’être enceinte et ce afin de préparer un terrain favorable pour l’arrivée du bébé. En effet, il est important d’équilibrer au mieux la posture avant la transformation que subira le corps de la maman lors de la grossesse.

Dans d’autres cas, l’ostéopathe peut participer à la fertilité. Il contribuera à la bonne perfusion de l’utérus. Il cherchera à améliorer la vascularisation des organes génitaux ce qui favorisera la nidation (implantation de l’embryon dans la muqueuse utérine).

Pendant la grossesse :

Lors du 1er trimestre de la grossesse, l’ostéopathe restera prudent avant que la 1ère échographie ne se soit déroulée. Il adaptera au mieux son traitement tant que le risque de fausse couche ne sera pas passé. Il est indispensable de prévenir son thérapeute du fait que l’on soit enceinte même si au début ce n’est qu’une suspicion…

Lors des 2ème et 3ème trimestres, il ne sera pas trop tard pour consulter, bien au contraire. C’est souvent lors de la 2ème partie de la gestation que les douleurs et autres gênes pourront se faire ressentir. Certaines mamans seront suivies de façon régulière du début à la fin de leur grossesse, d’autres ne viendront consulter que dans les 2 derniers mois.

Après la grossesse :

En post partum (après l’accouchement) on retrouve d’importantes disharmonies au niveau du bassin et de la colonne vertébrale. Celles-ci sont dues aux efforts lors de l’accouchement et aux contraintes que subit le bassin pour que le bébé puisse sortir.

Chez les femmes accouchant par césarienne, même si le bébé ne s’est pas engagé à travers le pelvis, il n’est pas inutile de consulter un ostéopathe. Comme pour les femmes accouchant par voie basse le périnée s’est contracté pouvant ainsi perturber l’équilibre pelvien.

Il n’est pas rare de retrouver des douleurs pubiennes, ligamentaires, lombaires, coccygiennes. Ainsi que des gènes cervicales et /ou dans les épaules dues au port de votre enfant, aux positions prises lors de l’allaitement ou en donnant le biberon. Tous ces symptômes pourront être traitées par l’ostéopathie.

Contrairement au bébé, où il est préconisé une prise en charge ostéopathique rapide (dès les 1er jours de vie), la maman devra attendre que cicatrisent l’ensemble des structures tissulaires qui ont pu être étirées ou traumatisées (épisiotomie, déchirure spontanée…)

pendant l’accouchement. Il en est de même pour les femmes accouchant par césarienne qui attendront la cicatrisation de la suture sus pubienne.

On conseillera alors le traitement ostéopathique à partir de la 6ème semaine post accouchement.

 
 



Créer un site
Créer un site